Archives pour le mois de septembre 2011

La radicalisation blochériste divisera-t-elle l’UDC ?

Un populiste agit dans la vie politique comme un pervers narcissique dans la vie familiale. Il séduit, manipule, asservit, puis détruit son entourage. Son insatiable appétit du pouvoir le conduit à une surenchère permanente qui met en danger son œuvre. Son amour sans condition de sa propre personne lui fait préférer voir son parti s’écrouler à la moindre remise en question. Christoph Blocher est un leader populiste classique. Depuis toujours, il reproduit les sept attitudes caractéristiques de ce type d’acteur politique.
La première est le messianisme : le leader est mandaté par des forces supérieures ; il est en croisade ; ainsi, Christoph Blocher est sur terre pour sauver la Suisse de l’Europe. La deuxième est une approche putschiste du champ politique : pour remplir sa mission, le populiste a le droit de renverser la table ; tout lui est permis ; ignorant les lois ou ses collègues, Christoph Blocher s’est régulièrement affranchi des règles qui découlaient de ses mandats. Essentielle, la troisième attitude consiste à déifier le peuple : victime du système, opprimé par les élites, le peuple omniscient est sacré ; c’est pour lui que la mission est conduite ; naturellement, seuls les partisans du leader le constituent et, pour les blochériens, ceux qui votent mal n’en font pas partie. Vient ensuite l’attaque des institutions : elles sont nuisibles et les élus qui les défendent pourris ; elles sont l’obstacle qui empêche le lien direct et pur entre le Chef et sa base ; jamais Christoph Blocher n’a manqué de montrer son rejet des institutions, qu’elles soient suisses ou internationales. Violente, la cinquième tactique est la désignation de boucs émissaires : si le populiste est contraint de sauver le pays, c’est qu’il existe des parasites qui le menacent ; toutes les victoires de l’UDC ont été obtenues en nommant des coupables, tour à tour les étrangers, les musulmans, les demandeurs d’asile ou les travailleurs européens. Efficace, la sixième recette mise sur la goguenardise : le leader emmène ses troupes au cabaret ; rien ne mérite le respect sauf le Chef et ses idées ; évacuant la raison par la dérision, Christoph Blocher a toujours amusé les salles. Enfin, insensée mais libératoire pour qui la pratique, la septième attitude est l’irresponsabilité : le populiste allume les incendies qu'il prétend éteindre, puis regarde paisiblement la société lutter contre les flammes ; sans vergogne, Christophe Blocher quitte le Parlement au moment où celui-ci va devoir réparer les dégâts dus au 9 février, en fustigeant de surcroît les élus de ne pas savoir éviter les conséquences néfastes de sa propre initiative.
La somme de ces comportements est d’une force inouïe. Certains extrémistes en font une méthode qui réduit à néant le débat politique ; d’autres les pratiquent à l’instinct ou sans même le savoir. Comme le pervers narcissique, le populiste peut-être sincère ; il n’en est pas moins dangereux. Le pays qui ne lui résiste pas se prépare des jours sombres. La Suisse a voulu s’accommoder du populisme, en espérant qu’il se dilue dans des compromis successifs et que ses invectives finissent par lasser les citoyens. Le bilan de cette complaisance est sévère. Le régime de concordance a été réduit à une farce, qui rend absurde la participation de l’UDC au Conseil fédéral. Le droit d’initiative est devenu une arme pour attaquer les étrangers ou les traités internationaux. Les relations avec l’Union européenne ont été sabotées par un article constitutionnel qui menace les accords demandés par la Suisse elle-même. A l’extérieur, la Confédération exaspère ses voisins et enthousiasme les blocs identitaires. A l’intérieur, les fantasmes populistes ont créé un climat paranoïaque.
Aujourd’hui, le blochérisme entre dans sa dernière phase. Il aurait pu se satisfaire d’avoir stoppé l’intégration européenne de la Suisse et freiné l’immigration. Mais il veut l’isolement complet du pays. Comme le pervers narcissique, le populiste trouve son énergie vitale dans la contemplation des ruines qu’il provoque ; son angoisse intérieure n’est compensée que par la radicalisation permanente de sa démarche ; son esprit ne s’apaise que par la mort des situations ou des personnes qu’il rend responsables de ses tourments. En créant le comité « contre une adhésion rampante à l’UE », Christophe Blocher ne s’attaque pas seulement à la Suisse, mais aussi à l’aile économique de l’UDC. Ses positions ne laissent en effet plus aucune chance à la moindre intégration européenne, même celle ardemment désirée par les entreprises. A son avis, le peuple suisse a dit non à la Libre circulation des personnes ; et si cette rupture entraîne celle des accords bilatéraux, il faut l’accepter ; d’autant plus que ces traités ne sont pas indispensables, la Suisse pouvant parfaitement se contenter de l’accord de libre-échange conclu en 1972.
Le danger de cette radicalisation est aussitôt apparu à Peter Spühler, ancien conseiller national UDC et patron de Stadler Rail. Il a incité de manière ferme son parti à défendre des accords vitaux pour l’économie. D’autres élus de son courant partagent son inquiétude. Que fera l’UDC de cette nouvelle équation ? Suivra-t-elle son leader charismatique dans l’Alleingang ? Ou bien se divisera-t-elle ? Et, quel que soit son choix, dans quel état sortira-t-elle de cette épreuve ? Prisonnier de sa pathologie, Christoph Blocher conduit un combat ultime et total, qui doit le laisser seul vainqueur, tout en précipitant son pays et son parti dans l’abîme.
Les sept articulations de la mécanique populiste forment une machine bien huilée, qui se légitime de ses propres excès, chaque fois qu’elle dévore une nouvelle portion de l’espace que la naïveté lui concède. Il n’est pas possible de nuancer son fonctionnement, ni de composer avec elle, ni d’infléchir sa trajectoire. Il faut l’affronter, sur le terrain de l’action politique et de ses conséquences. Au moment où certains aimeraient trouver une interprétation de l’article adopté le 9 février qui préserve le statu quo, sans faire de vague avec Bruxelles ni avec les citoyens, il convient de rappeler que cette tactique ferait le bonheur des blochériens. Le répit serait de courte durée, avant que le viol de la volonté populaire ne légitime une initiative appliquant la précédente de manière plus drastique encore. En fait, la Suisse et même l’UDC abordent l’instant de vérité : celui où il faut choisir son camp et ses armes. La pulsion destructrice du populisme n’est pas arrêtée par un traitement juridique, elle est stoppée quand les citoyens se réveillent, ouvrent les yeux et refusent avec force de s’y inféoder. Autrement dit, une nouvelle bataille sur la Libre circulation des personnes est inévitable. Ne pas oser le dire ni s’y préparer, c’est la perdre sans même l’avoir livrée.

Confusion démocratique

La mise en œuvre de l’article 121a de la Constitution adopté le 9 février 2014 devient tragicomique.
La quadrature du cercle consistant à tenter d’appliquer soigneusement l’initiative contre l’immigration de masse, sans détruire la Libre circulation des personnes, ni fragiliser les accords bilatéraux, génère une foule de contradictions.
Ainsi, tout en rêvant d’éviter ses conséquences, le Conseil fédéral met en œuvre de manière stricte la décision du peuple, dont la volonté n’est pas clairement établie, sous la pression de l’UDC, qui critique ce respect de son texte, parce qu’elle y voit une stratégie pour organiser un vote correcteur, alors qu’elle s’accommoderait parfaitement d’une violation de ses propres revendications, qui lui permettrait de lancer une nouvelle initiative, dont les conséquences ne lui importeraient pas davantage.
Peut-on imaginer situation plus absurde ? Chacun semble faire le contraire de ce qu’il souhaite, dans l’espoir que son action échoue, pour que s’ouvrent de nouvelles marges de manœuvre.
On pourrait en rire. Ou croire à des dérives juridiques ou politiciennes. En réalité, la confusion démocratique est à son comble, parce que le fonctionnement même de la démocratie directe est devenu illisible. Tant que les initiatives restaient rares et leur victoire rarissime, aucune question ne se posait. Dans la démocratie d’opinion qui voit les approbations se multiplier, comme autant de sondages sans grande importance, certaines interrogations sont devenues incontournables.
Est-il possible de soumettre aux citoyens des articles dont même leurs auteurs ne parviennent pas à définir la portée ? Est-il concevable de chambouler la Constitution au terme de débats de société souvent sans rapport avec les effets des dispositions discutées ? Est-il sage de mettre en danger nos accords internationaux comme s’ils ne dépendaient que de nous ?
Autrement dit, peut-on produire des normes constitutionnelles pertinentes en les soumettant à une commission de rédaction qui comporte des millions de membres et ne peut dire que oui ou non au texte proposé, sans pouvoir l’amender, même s’il comporte des risques évidents, et ceci au terme d’un seul débat ?
S’agissant du droit d’initiative, la Suisse, qui aime tant donner des leçons de démocratie, gagnerait à retourner en apprentissage.