Archives pour le mois de septembre 2011

RASA ou le temps des décisions claires

Crédule, la Suisse a suivi les chimères de l’UDC. Divinisant la démocratie directe, elle s’est fragilisée par des votations multiples aux conséquences incertaines. Diabolisant l’Europe, elle a saboté ses relations avec l’Union. Détournant l’histoire, elle s’est réfugiée dans des mythes passéistes.

Or, l’UDC est une machine à perdre! A terme, son action est vouée à l’échec. Parce qu’ils sont insensés, ses objectifs n’ont aucune chance de se réaliser durablement. Située au cœur du projet européen, la Suisse ne pourra jamais s’en affranchir. Soucieuse de sa stabilité juridique, elle devra réguler sa démocratie directe. Urbaine, elle ne redeviendra pas une petite méritocratie alpine.

Toutefois, l’UDC a la capacité d’entraîner, même provisoirement, le pays au fond d’un ravin, dont il sera très pénible de sortir. En fait, comme pour tous les mouvements populistes, la question n’est pas de savoir si les nationalistes suisses échoueront, mais quand ils seront mis hors d’état de nuire et au terme de quelles déprédations.

C’est tout l’enjeu des élections fédérales 2015. En effet, la prochaine législature sera décisive. Dans quatre ans, soit la Suisse aura reprit son intégration européenne, rénové sa démocratie et retrouvé le goût de l’innovation. Soit elle aura poursuivi ses régressions politiques et mentales, avec de graves conséquences économiques et sociales.

La Suisse déteste choisir. Elle croit toujours le statu quo préférable au moindre mouvement. Elle privilégie les demi-mesures même quand celles-ci n’apportent rien. Le problème est que certaines périodes de l’histoire exigent des orientations claires et précises. Pendant de longues années, la Suisse a pu naviguer à vue, marcher à reculons, tenter de gérer ses pulsions nationalistes sans les combattre. Cette procrastination politique n’est plus possible.

L’initiative RASA illustre parfaitement ce phénomène. En demandant une abrogation pure et simple des dispositions constitutionnelles contre l’immigration adoptées le 9 février 2014, elle propose une solution drastique. Ce n’est pas par hasard qu’une démarche aussi tranchée apparaît maintenant sur la scène politique. D’une part, les normes voulues par l’UDC ont créé un imbroglio ingérable. D’autre part et surtout, la Suisse ne peut plus tergiverser : elle doit choisir entre faire cavalier seul ou s’associer à l’Union, se recroqueviller dans un conservatisme nostalgique ou devenir un Etat moderne.

Certes, la brutalité de RASA rend son acceptabilité délicate, mais elle comporte aussi un triple mérite. Premièrement, elle préserve une issue de secours, quand toutes les pistes visant à concilier la restriction de la libre circulation des personnes et le maintien de la voie bilatérale s’avèreront impraticables. Deuxièmement, elle rappelle de manière tangible que la moitié des citoyens a refusé les propositions de l’UDC, constat susceptible de donner un peu de courage à un Conseil fédéral qui en manque tant. Troisièmement, elle indique que le peuple peut toujours revenir sur ses propres décisions, notamment quand il a été induit en erreur par une votation préconisant des contingents sans dire ouvertement que leur introduction entraînerait de facto la rupture des accords signés avec l’UE.

Cet automne, les citoyens devraient s’interroger sur l’UDC avec une netteté similaire à celle adoptée par la démarche RASA. Compte tenu des enjeux de la prochaine législature, n’est-il pas urgent d’organiser la décrue de la formation populiste? L’attentisme est-il encore possible ? Ne faut-il pas trancher dans le vif et donner une victoire sensible aux partis classiques ? N’est-ce pas du masochisme que de prolonger une calamiteuse domination d’un nationalisme haineux, qui ne produira jamais la moindre solution ?

Pour sortir de la crise européenne, l’issue risque bien de se nommer RASA. Pour éviter que la Suisse tombe au fond du ravin populiste, il convient de réduire nettement les effectifs de l’UDC aux Chambres fédérales. Le temps des décisions claires est venu.

Pour une vraie leçon de démocratie européenne

« Donner une leçon de démocratie à l’Europe », telle fut l’ambition d’Alexis Tsipras en organisant un référendum sur ses négociations avec ses créanciers.

Certes, nul ne conteste le droit des citoyens de se prononcer sur leur avenir ! La Grèce est exsangue. Elle étouffe sous une dette qu’elle ne peut rembourser. Une cure d’austérité drastique a mis son économie au tapis. Les drames sociaux se multiplient. Une sortie de crise devient chaque jour plus urgente. A l’évidence, la volonté populaire ne saurait être écartée de la recherche de solutions équitables et efficaces.

Toutefois, si la démocratie joue un rôle clé dans une société en danger, son exercice n’est pas sans exigence. En particulier, le recours au vote direct du peuple réclame de nombreuses précautions. Premièrement, la question posée doit être claire, stabilisée, susceptible de faire l’objet d’une information compréhensible. Deuxièmement, les partis, les associations, les médias et les citoyens doivent avoir le temps de développer leurs arguments, débattre et se faire une opinion. Troisièmement, condition essentielle pour que le peuple ne soit pas abusé, il est impératif que les principales conséquences d’une approbation ou d’un rejet soient connues.

Malheureusement, la démarche de M. Tsipras n’a pas satisfait à ces exigences. La question posée touchait une négociation en cours. L’opération fut conduite à la hussarde. Les conséquences réelles d’un oui ou d’un non étaient parfaitement ignorées, même du gouvernement. Dès lors, quel pouvoir a reçu le peuple grec, sommé de choisir entre deux chemins dont personne ne pouvait dire où ils menaient ?

En fait, le premier ministre grec n’a pas organisé un référendum, mais un plébiscite. Il n’a pas confié à son peuple une prise de décision, mais a exigé de sa part un acte de foi. Il ne lui pas donné la parole, mais a utilisé sa voix pour renforcer la sienne, dans une volonté d’augmenter son propre pouvoir. Cette instrumentalisation brutale est violente. Elle met les citoyens au service du gouvernant et non l’inverse. Elle les conduit en outre à cautionner l’inconnu. Quel sera l’état d’esprit des votants qui ont cru mettre fin à l’austérité si elle perdure, soit parce qu’Alexis Tsipras finit par accepter les demandes des créanciers, soit parce que la Grèce, même allégée de ses dettes, ne sort pas de la crise économique ?

Par ailleurs, le gouvernement Tsipras a organisé une asymétrie dangereuse entre un peuple grec présenté comme pur, juste, noble, victime, humilié et des dirigeants européens qualifiés d’arrogants, prédateurs, criminels. Déchaîné, il n’a pas craint d’assimiler les représentants des institutions créancières à des terroristes. Manichéen, il a peint d’un côté des prolétaires en révolte, de l’autre des élites illégitimes. Or la crise actuelle n’oppose pas un peuple à des bureaucrates, mais des peuples aux intérêts tous respectables. Dans cette optique, chaque Etat membre de l’Union peut organiser les votations qui lui conviennent, mais en restant conscient que leurs résultats ne s’appliquent pas automatiquement aux autres. Hélas, avec un simplisme attristant, la dramaturgie grecque a effacé les Portugais, les Italiens, les Français, les Polonais et tous les autres Européens. Quant aux Allemands, ils n’ont pas semblé constituer un peuple, ni même des êtres humains. Leur existence a paru réduite à une « puissance néolibérale » ou à la « dictature Merkel ». Question embarrassante, quelle serait l’attitude des travailleurs allemands si, par souci de démocratie, leur gouvernement les interrogeait sur la gestion de la dette grecque ?

Il est significatif que le plébiscite de M. Tsipras ait suscité l’enthousiasme de la gauche radicale, notamment française. Pour elle, la démocratie se résume à renverser la table, monter aux barricades, prendre la Bastille. De manière romantique, elle limite la participation du peuple à la séquence où il dépose le roi, pour ceindre à sa place la couronne de souverain.

Toute autre est la vraie démocratie. Pacificatrice, elle commence après la guerre, pour que celle-ci ne se reproduise plus. Mesurée, elle ne dresse pas les citoyens contre leurs dirigeants, mais organise leur dialogue. Permanente, elle dépasse l’addition de scrutins, pour instaurer un processus complexe de discussions et de consultations. Protectrice, elle construit des majorités, sans écraser les minorités. Humble, elle régit un territoire, tout en reconnaissant la valeur des démarches similaires autour d’elle. Vivante, elle encourage l’affrontement passionné des idées et des programmes, mais écarte par principe la violence.

Une telle culture de la décision collective, toujours turbulente, jamais destructrice,  fait encore défaut à l’échelon européen. Le Parlement et les autres instances démocratiques n’ont pas transcendé les invectives nationales. Or, sur notre continent, la défense des intérêts légitimes des peuples peut s’effectuer dans le respect d’une conscience européenne forte. La crise grecque livrera-t-elle demain cette vraie leçon de démocratie ?

Place à la négociation autonome

L’annonce de la prochaine nomination d’un « négociateur en chef européen » est à la fois dérisoire et inquiétante.

Dérisoire, puisque ce diplomate devra faire semblant de poser aux Européens une question dont la réponse est connue. Depuis de longs mois, Mme Ashton, Mme Mogherini, M. Juncker, le Parlement, les 28 ont indiqué à maintes reprises que la libre circulation des personnes n’était pas négociable. Ni des contingents, ni la préférence nationale, ni une clause de sauvegarde ne sont compatibles avec un principe qui est le socle des accords bilatéraux conclus avec l’UE.

Si d’ailleurs M. Gattiker avait obtenu la moindre ouverture sur la question migratoire, il n’aurait pas été mis sur la touche. L’enthousiasme du Conseiller fédéral Burkhalter indiquant une multiplication des efforts à partir des discussions effectuées s’apparente donc à la joie du salarié apprenant que sa rétribution est triplée, alors que sa fiche de paye est égale à zéro.

Inquiétante, parce que cette gesticulation fédérale n’a d’autre finalité qu’interne. D’une part, le terme de négociateur permet de relancer la fiction d’une vraie négociation, alors qu’il n’existe aucun mandat européen pour en ouvrir une. D’autre part, l’apparence de changement offre au Conseil fédéral une nouvelle tranche de silence, quand il faudrait impérativement dire la vérité pour espérer sortir de l’impasse.

Persévérant dans l’erreur, le Conseil fédéral entretient l’illusion qu’il sera possible d’introduire des contingents, tout en maintenant une voie bilatérale qui les exclue et doit en outre être repensée pour avoir une chance de survivre. Plus le temps passe, plus la sortie de ce déni de réalité sera cruelle.

Mais aujourd’hui, la Suisse croit utile de se leurrer pour ne pas trop souffrir. Elle préfère le mensonge collectif à la moindre réflexion sur son destin. Elle se bouche les oreilles pour ne pas entendre les avertissements venant de l’extérieur. Ainsi, après la « reprise autonome » du droit européen, elle a inventé la « négociation autonome ». Evacuant les questions de fond avancées par ses partenaires, elle se parle d’elle-même à elle-même, dans une sorte de jouissance narcissique et idiote, qui est en train de devenir une prison fermée à doubles tours.