Archives pour le mois de septembre 2011

AVS, le PLR dépasse-t-il l’UDC par la droite?

Depuis des années, le Parti libéral radical suisse s’inscrit toujours plus dans le sillage de l’UDC. Or, dans le cadre de sa campagne contre la réforme de l’AVS, il semble vouloir même la dépasser par la droite. D’une part, son vice-président, Philippe Nantermod, a fustigé la passivité des nationalistes, accusés de ne pas attaquer assez vivement le projet du Conseil fédéral. D’autre part, sa présidente, Petra Gössi n’a pas craint d’agiter des idées nauséeuses pour torpiller la réforme.
Sans vergogne, au début de l’été, Mme Gössi a déclaré que l’augmentation de 70 francs promise aux retraités ne devrait pas être versée à ceux qui vivent à l’étranger. De son point de vue, ces personnes ne génèrent aucune création de valeur en Suisse, où ils ne consomment rien et ne payent pas d’impôt. Incapable d’une réflexion sur le fond, le PLR a choisi de nager ainsi en pleine xénophobie. A l’évidence, cette proposition vise en priorité les étrangers qui choisissent de passer leurs vieux jours dans leur pays d’origine. Parce qu’ils ont été des travailleurs immigrés, le droit de jouir librement de leur retraite leur est contesté. Leur rente ne leur est acquise, qu’à condition qu’elle profite aussi à la Suisse.
L’injustice d’une telle mesure saute aux yeux, mais sa sottise mérite d’être soulignée. En effet, elle constitue un premier pas vers un régime liberticide. Dans la logique de Mme Gössi, l’Etat devrait peu à peu contrôler l’usage que les particuliers font des leurs rentes AVS. Pourquoi les retraités qui vivent en Suisse ne devraient-ils pas également soutenir l’économie nationale, en s’abstenant de consommer hors des frontières ? Adieu les grands voyages ou les petites escapades dans les régions voisines. Fini d’aller manger les filets de perche sur la rive française du Léman. Interdiction d’entrer dans un commerce à l’étranger, pour ne pas y dilapider l’argent octroyé par la Suisse et dont la valorisation ne saurait lui échapper.
Quel aveuglement a poussé le PLR dans une voie qui revient à bafouer les droits fondamentaux des individus ? Comment ce parti, qui se prétend libéral, a-t-il pu formuler une proposition aussi stupidement dirigiste ? Au delà de son absurdité, l’attitude du PLR durant la campagne AVS renseigne sur son évolution. A l’échelon suisse, il a perdu son âme, sa ligne et même sa colonne vertébrale. Il semble devenir une somme de lobbyistes décomplexés et d’idéologues néolibéraux, en compétition pour la liquidation du bien commun. Et si le nationalisme et la xénophobie s’ajoutent à cette déconstruction sociétale, il devient impossible de nommer une valeur distinguant le PLR de l’UDC. Serait-ce là le projet de sa direction : séduire l’opinion en flattant ses pulsions régressives, puis mourir doucement dans les bras des populistes suisses ?